• Baby blues, tu m'étonnes !

    D'abord, le baby blues, c'est quoi ?

    Une dépression périnatale qui peut survenir avant l'accouchement ou après la naissance de l'enfant.

    Si j'ai eu le baby blues, c'est bien la faute des équipes de la maternité. Déjà, le jour de mon accouchement, on me ramène plus tard que prévu dans ma chambre parce que :

    - On est désolée Madame, mais on vous avez oubliée.

    Ma chambre qui, rappelons le, donnait directement sur le local à poubelles et accessoirement, la passerelle empruntée par les visiteurs et le personnel médical. La photo est bien l'une des chambres de la maternité, mais pas celle qui était la mienne.

    chambre_maternite.jpg

    Tout au long de ma grossesse, j'ai toujours entendu dire que l'équipe du service maternité était là pour te guider. Surtout si c'est ton premier enfant. Il parait qu'on pouvait donner nous même le bain au bébé... Dans le lavabo peut être ? Parce qu'en dehors d'une table à langer, il n'y avait rien dans la chambre. Moi qui pensait au début que la table à langer cachait une baignoire, j'ai vite était déçue. Celle de notre chambre était apparemment cassée, et bien sûr, il n'y en avait pas d'autres de disponibles. Chance quand tu nous tiens !!

    En 5 jours, je n'ai pas donné un bain à Moustik. Tous les matins vers 7 h, elles vous apportent votre petit déjeuner. Et, alors que vous n'avez pas terminé de déjeuner, les auxiliaires puéricultrices viennent chercher Moustik pour le laver, le peser, le mesurer, l’ausculter... Vous les suivez ou pas, elles s'en fichent. Tellement d'ailleurs, que moi j'avais dis que je voulais venir, et avec mes points, le premier matin, c'était pas pratique de marcher si vite dans les couloirs. La gentille dame lave Moustik. Moi qui espérait le faire. Évidemment, je reste à proximité, et là elle me dit :

    - Si vous voulez regarder, allez plutôt vous asseoir sur la chaise là-bas Madame.

    Bah oui mais à m'asseoir là-bas, je serais restée dans mon lit. Parce que de là, je ne vois rien du tout.

    Comme partout, chacun à son avis sur la question. Durant mon séjour à la maternité, il y avait l'auxiliaire puéricultrice (AP) de la journée. Elle semblait sèche, mais était gentille et avait de très bons conseils. Et il y avait l'AP de la nuit, qui avait du être une porte de prison dans une autre vie. En prime, les "conseils" qu'elle donnait, était toujours le contraire de ceux donnés par l'AP de la journée. "conseils" je sais pas, vu comme elle aboyait quand elle parlait.

    L'AP de la journée, nous explique que le pédiatre nous demande de donner le biberon à Moustik toutes les trois heures. Si Moustik dort, nous devons absolument le réveiller. Le soir, la 2me équipe prend le relais. L'AP de la nuit vient vérifier que nous ayons assez de biberons, tétines... En revenant plus tard, elle m'aboie dessus :

    - Vous êtes inconsciente. Si votre bébé dort vous ne devez pas le réveiller toutes les trois heures. Vous le déréglez. Et puis c'est n'importe quoi ce que vous faites. Un bébé quand il a faim, il se réveille tout seul, il n'attend pas que ses parents le réveillent...

    Elle ne m'a même pas laissé lui expliquer que c'était les consignes du pédiatre puisque Moustik était un "petit poids". Ça a été ça durant 5 jours. Sur tout et n'importe quoi. Elle disait toujours le contraire de ce que sa collègue disait. Et à chaque fois qu'elle venait, Lhom était absent. Il a pourtant passé ses 5 jours à la maternité avec moi. Jours et nuits. Mais bizarrement, à chaque fois qu'elle venait, Lhom venait de partir fumer, déplacer la voiture pour la journée parce que la veille il s'était garé sur un parking payant, il était parti me chercher un mcdo

    Si bien qu'à la fin, quand Lhom partait, je pleurais. Pas devant lui bien sûr, mais dès que je le voyais passer sur la passerelle, je me mettais à pleurer.

    Surtout que lorsque l'AP de nuit avait fini sa garde, c'était celle de la journée qui prenait le relais. Et quand elle voyait les mamans faire comme nous disait de faire celle de nuit, tous les jours nous y avions toutes droits :

    - Mais c'est pas comme ça qu'il faut faire. On vous l'a pourtant bien expliqué hier.

    De quoi devenir folle.

    Bien sûr, mon petit coup de déprime n'a pas duré longtemps. Juste 2 jours. Mon dernier jour, je ne pleurais déjà plus. Je savais qu'une fois à la maison, je n'aurais plus personne pour me dire "fait comme si plutôt que comme ça...".

    Dans une ambiance comme ça, il ne faut pas se demander pourquoi tant de mamans ont le baby blues.

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    « 101 choses en 1001 jours : 3me bilanIntérieurement, je suis vieille »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Janvier 2012 à 12:00
    a ben oui en effet, ma pauvre ca n'a pas du être évident du tout !!! n'y retourne plus dans cette maternité !!!! J'ai eu de la chance ca c'est très bien passé, et tant mieux car chéri commencait son nouveau travail et il était a plus de 800 bornes de moi. C'est limite si je preferai pas resté à la maternité !! lol Tu as du être bien contente de rentrer chez toi !!
    2
    Cathy.tardi
    Jeudi 26 Janvier 2012 à 12:00
    Comme Mamanjuju, je trouve qu'on met trop sur le compte du babyblues notre désaroi face à un évènement qui est parfois difficile (un accouchement n'est pas toujours plenitude) et face à un personnel médical et paramédical trop souvent robot et peu à l'écoute des patients. Pour ma part, j'ai dormi 1h par 24h à la maternité, et face à la fatigue grandissante, à la douleur des points mal fait par le gyneco et qui s'infectaient, on m'a collé l'étiquette "baby blues" et on a cherché à me garder plus longtemps à la maternité. C'est un peu trop facile à mon gout.
    3
    Jeudi 26 Janvier 2012 à 12:00
    Je ne crois pas qu'il s'agisse d'un babyblues, au sens médical que tu aies fais! Je dirais plutot que la connerie humaine a agit sur ton moral et on ne peut que le comprendre vu ce que tu décris! J'ai vécu des trucs dans le genre! J'admire les témoignages de mamans qui décrivent des maternités,ou elle et l'enfant sont au coeur de tout!!! Bisous et merci pour ton témoignage!
    4
    Jeudi 26 Janvier 2012 à 12:00
    Merci pour ton témoignage. J'accouche très bientôt de mon premier et j'espère que les équipes seront sympa et que je n'aurai pas trop ce fameux baby blues. Bises
    5
    Vendredi 27 Janvier 2012 à 12:00
    Ma pauvre, ça ne devait pas être très évident forcément ! Mon séjour à la maternité s'est bien déroulé pour ma part (si on oublie la première AP qui avait plutôt envie de partir en weekend plutôt que de m'expliquer la base avec bébé, surtout que j'allaite...) si ce n'est l'isolement car on avait refusé que les familles viennent afin de faire connaissance tranquillement avec le bébé. Le pb c'est que l'Homme ne pouvait rester avec moi qu'en journée, la nuit il était interdit de séjour, donc il venait à 6h30 (les infirmières le laissaient passer lol) et repartait pour 20h (encore une fois on fermait les yeux lol). J'ai déprimé sur la fin car j'avais hâte de rentrer à la maison et d'être avec mon chéri, avoir du soutien car Junior était totalement déréglé et pleurait quasiment toute la nuit. Puis est arrivée ma dépression PP, tout doucement. Je suis encore en plein dedans, je le reconnais, mais je me force à avoir des projets, au jour le jour, histoire de ne pas broyer du noir. J'espère que ce séjour à la maternité ne t'a pas terni tes débuts avec Moustik pour autant ! Gros bisous !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :