• Fallope de trompe, suite...

    Et c'est pas fini... Je vous en parlais il y a quelques jours, l'inflammation des trompes. Des symptômes qui n'alarment pas au début, à part celle qui en souffre, et son entourage, mais qui peuvent s'avérer avec de graves conséquences.

    En espérant que d'ici 4 mois je puisse vous dire "fin". Il y a quelques jours, je vous parlais de mes problèmes de trompes. Si vous avez eu, comme moi, la curiosité de taper "inflammation des trompes", sur Google, vous serez systématiquement retombé sur "salpingite".

    Sauf que les 2 gynécos qui m'ont suivie pour mon hospitalisation au début des vacances scolaires, m'avaient dit "Pas de salpingite, c'est juste une légère inflammation des trompes, rien d'alarmant". Les sales cons. Vous comprendrez en lisant la suite, que je suis loin d'être vulgaire avec tous les connards de gynécos que j'ai rencontré ces 5 dernières années.

    Et là, si tu penses comme moi, tu te dis forcément qu'ils se font payée ma tête.

    Samedi, fin de matinée, les douleurs étant revenues depuis 3 jours, je dis à Lhom qu'on va retourner aux urgences. Mais cette fois-ci, pas question de mettre les pieds dans les urgences de Narbonne. Direction, Béziers. Évidemment, à Béziers, on ne comprend pas pourquoi j'ai fais tout ce trajet alors que je suis suivie à Narbonne. Je leur explique qu'il est hors de question pour moi de me faire soigner sur Narbonne. Si vous avez envie de mourir en revanche, vous pouvez y aller les yeux fermés, vous serez servi.

    C'est samedi, férié en prime. J'avais oublié. La gynéco de garde arrive et me reçoit. Je lui explique que j'ai été hospitalisée mais pas opérée, à Narbonne pour une suspicion de salpingite. Qu'après 4 jours d'hospitalisation, je sors avec 7 jours d'antibiotique et une prise de sang à faire la semaine suivante pour ma CRP. Que la gynéco de garde de Narbonne, ce jour là me dit bien "pas de salpingite, juste une légère inflammation des trompes". Je lui explique que je ne comprends pas parce que logiquement une inflammation des trompes, c'est une salpingite. Elle me confirme et ajoute même :

    - Ils ont juste essayé d'adoucir la chose. Une inflammation des trompes c'est une salpingite. Vous avez bien eue une salpingite. Et ils vous ont fait des examens pour vous diagnostiquer ça ?

    - Une écho abdominale et une écho vaginale.

    Elle me refait une écho vaginale. Beaux ovaires, belles trompes, bel utérus... oui en gros, j'ai un bel intérieur.

    - Et vous êtes sous quelle pilule actuellement ?

    - Aucune. Ils ne m'ont rien prescrit.

    - Et vous avez déjà pensé à changer de gynéco ? Parce que là, c'est du grand n'importe quoi ? Ils ont tout pris à la légère sans assurer de suivi. Il faut impérativement au moins 3 mois de pilule après une salpingite. Même s'il n'y a plus d'inflammation (confirmée par ma prise de sang), il y a toujours le risque de faire une grossesse extra utérine. Tous les gynécos le savent.

    Même Google me l'avait dit. D'où mon inquiétude et mon stress depuis ma sortie. Elle me pose des questions sur mes grossesses. Je lui raconte donc le fait qu'ils ont découvert seulement à 8 mois de grossesse pour Moustik que c'était un petit poids. Mais qu'ils n'en on jamais tenu compte pour Ptitdeuz, pour lequel j'ai d'ailleurs était alitée dès 2 mois de grossesse. Elle m'informe donc qu'en fait, les problèmes ne viennent pas des bébés, mais qu'il y avait un retard de croissance intra utérin pour Moustik. Qu'ils auraient du en tenir compte pour Ptitdeuz, que j'aurais du avoir une grossesse encore plus surveillée du fait des problèmes de ma première grossesse et surtout être alitée pour chacune. D'après elle, ils auraient du se poser des questions, notamment du fait que je ne fume pas, ne bois pas... D'ailleurs, je n'ai pas pensé au problème sur ma DPA. A ce moment là, je pense déjà que les gynécos auraient pu se poser la question.

    Nous parlons également de mes douleurs, pour en revenir à ma salpingite. Et Lhom lui dit :

    - Comment ça se fait que ça arrive d'un coup ?

    - Ah non, ça date pas de maintenant. Ça doit faire quelques mois qu'elle se plaint de douleurs, seulement, personne à Narbonne n'en a tenu compte et n'a voulu l'écouter.

    J'ai donc un traitement à prendre pour 3 mois, avec surveillance, prise de sang demain matin. Et bien sûr, demain matin j'annulerais aussi mon rendez-vous avec le gynéco de Narbonne. Désormais, c'est elle qui me suivra. J'abandonne les médecins de Narbonne, qui se foutent royalement des patients. Ils étaient déjà très mal réputés, ça ne va pas arranger leurs affaires.

    Je fais le choix de ne citer aucun établissement ni médecin. Mais les Narbonnais qui pourraient passer par là, devineront certainement très bien de qui je parle si je dis simplement que si vous avez envie de choper une infection, il ne faut surtout pas hésiter à aller se faire soigner ou opérer chez eux.

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    « Préparer les fêtes de fin d'année (partie 3)Organiser ses rendez-vous personnels »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :