• J'ai réussi mon exam

    Lundi dernier, j'ai passé ma coloscopie 

    Quand je dis de mes autres week-end que c'était des week-end de merde, j'étais loin de la réalité. Ah c'est joli ça dites donc 

    Dimanche j'avais commencé mon traitement avec un petit lavement. Je n'avais droit à rien de ce que j'aime manger. Autant vous dire que j'avais l'estomac vide. Et vider quelque chose de vide, ça n'a rien d'agréable. J'ai enfin pu aller me coucher aux alentours de 3 h du matin. Totalement morte de faim et de soif.

    Lundi matin, j'arrive à jeun à l'accueil de l'établissement médical. On me guide dans la chambre que je vais partager durant ces quelques heures avec une dame très gentille. Lhom restera avec moi jusqu'à mon départ au bloc. Moustik était gardé par les parents de Lhom. Je lui avais proposé plusieurs fois de me laisser, maintenant que j'étais dans la chambre, mais il avait refusé. Pourtant la veille il était clair "je te dépose et je repars" Finalement, il sera resté avec moi, même devant l'ascenseur menant au bloc.

    L'infirmière me dit que le médecin a un peu de retard, qu'il y a encore 3 patients devant moi. Soit 1 heure de retard environ. Finalement, on viendra me chercher aux alentours de midi. J'avais été transportée dans une pièce à côté du bloc lorsque j'entends une femme dire qu'ils ont enfin fini. La dame qui m'avait emmenée dit alors qu'il reste encore une personne. Un peu plus, ils m'oubliaient Je mourrais déjà de faim, si en plus on m'oublie.

    Quand j'ouvre les yeux, je suis en salle de réveil. A peine les yeux ouverts, le premier truc que je dis c'est :

    - J'ai mal au ventre.

    Finalement, j'aime être anesthésiée. Au moins tu ne sens plus les douleurs. On me donne du spafon pour soulager les douleurs. Puis je suis ramenée en chambre où je m'endors. Lhom arrive vers 14 h avec Moustik.

    A 15 h je suis à la maison, toujours pliée par les douleurs au ventre. A 19 h, Lhom part pour sa séance de kiné. Il trouve que j'ai de la température. Effectivement, je suis à 39°. A 21 h, je suis à 33°. Sympa la chute de température. Le lendemain je suis à 34° jusqu'au soir. J'étais sensée retourner bosser, je pensais d'ailleurs pouvoir y arriver... mais non. J'ai trop mal et je me sens fatiguée. D'ailleurs on voit que je suis encore dans les vapes.

    Mercredi matin, j'ai toujours mal au ventre et ma température commence à remonter vers un petit 36° donc je vais bosser. Bon là c'est clair, j'étais vraiment dans le coltard. J'oubliais tout ce qu'on me demandait ou m'expliquait, je faisais n'importe quoi... J'aurais pu rester à la maison, que c'était pareil.

    Hier soir j'ai vu mon gastroentérologue. Il s'avère que j'ai bien une diverticulite et aucun polype. Il me prescrit un anti-je-ne-sais-quoi à prendre dès que j'ai une crise. Donc première douleur, je dois prendre un cachet et surtout ne pas attendre. Moi qui suis habituée à attendre 4 à 5 jours avant de prendre quelque chose. Et bien sûr, si les douleurs dures plus de 3 jours, je dois me présenter aux urgences où il viendra m'examiner. En gros, à partir de maintenant, il va me suivre jusqu'à la fin.

    A part ça, pas de consigne particulière. Je dois juste surveiller mon alimentation. Ce qui veut dire que tout ce qui est à base de pépins (kiwi, figue, courgette, tomate, concombre...), je dois l'éplucher entièrement et surtout ne pas manger le moindre pépin. Bon ce qui me chiffonne un peu, c'est qu'en fait, c'est ce que j'ai toujours fait. J'ai toujours enlevé les pépins. Bon ok, je n'épluchais pas les tomates... Le kiwi, la figue, la courgette je n'en mange même pas donc ça règle le problème.

    fraises_p.jpg

    Par contre, ma belle-mère m'a fait remarquer ce soir que j'allais être embêtée avec les fraises et tout les petits pépins qu'elles ont dessus. Une chose est sûre, pas question que j'arrête de manger des fraises. Du coup, je vais devoir les peler et enlever chaque pépin. Parce que les pépins peuvent se loger dans les diverticules, ce qui engendrer une diverticulite à divers niveaux d'inflammation, qui si elle n'arrive pas à disparaitre risque de provoquer une infection pouvant engendrer une perforation avec risque mortel.

    Qui me disait le mois dernier "elle commence super bien ton année 2012". Là je suis sûre, qu'il n'y a plus grand monde qui m'envie.

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    « Moustik a un lit de grandFeuilleté au jambon »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    )
    Mardi 28 Février 2012 à 12:00
    et ben tu devais mourir de faim avant qu'ils s'occupent de toi !! heureusement que ton homme est resté avec toi j'espère que ces cachets feront leur effets ! et pour les ti pépins de fraise, je sais pas comment tu pourrais faire.... ou alors peut être en confiture (oui je sais c'est pas du tout pareil ) ou alors tu prends de grosses fraise et tu les "pèles" .... Allez te fais de gros bisous !!
    2
    Mardi 28 Février 2012 à 12:00
    Pauvre Vivi... Tu es super courageuse ^^ retourner au boulot dans l'état où tu étais, je l'aurais pas fait ! J'ai déja entendu parlé de cette maladie, je crois que tu peux mixer les fruits (comme les fraises) ça règle le problème des pépins. mais demande quand même confirmation à ton médecin ... je te souhaite un bon rétablissement et surtout de ne pas faire de crises à nouveau !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :