• Le jour où j'ai retrouvé la vue

    Je l'avais promis depuis plus d'un an, je me décide à le mettre en ligne. Mon avis d'ex myope.

    Les lunettes sont entrées dans ma vie quand j'étais en 6me. A partir de là, ma vue n'a cessée de diminuer, jusqu'à arriver à -3,45 et -4,75. Je suis passée aux lentilles de contact quand j'étais en BEP. Les lunettes je n'aimais pas, et il faut bien reconnaitre que les modèles de notre époque, pas si lointaine hein, n'étaient pas franchement jolies. Du coup, je les mettais uniquement quand j'étais en cours ou pour la télé, le ciné, conduire... sinon après, c'était niet.

    Quand je suis passée aux lentilles de contact, ça a quand même changé ma vie. Je les mettais tous les jours, et donc, tous les jours, j'y voyais. Logique.

    Sauf que voilà, il y a quelques années, je suis tombée enceinte de Moustik, et après mon accouchement, je chopais chaque année des conjonctivites. Jusqu'à ce printemps 2012 où j'ai carrément eu la cornée brulée. Plus de lentilles ni de maquillage pendant des mois. Oui, j'ai du apprendre à sortir, et aller travailler sans maquillage. Mais j'ai survécu. J'y prenais même goût vu que je gagnais 5 minutes chaque matin (pour le maquillage) et bien plus pour mettre les lentilles.

    Me voilà donc revenue à mon cauchemar... les lunettes. Sauf que, étant secrétaire, les lunettes c'était du matin au soir. Et le soir, c'était migraine assurée.

    En revoyant mon ophtalmo, elle m'annonce que ma cornée va mieux, mais que je ne supporte plus ni lunettes, ni lentilles. J'avais remarqué :) Et là, j'entends enfin la réponse à ce que je demande depuis 4 ans...

    "Madame, il va falloir songer à la chirurgie réfractive".

    Imaginez ce sourire qui s'est collé sur mon visage en entendant ça, et qui ne voulait plus en partir. Alors là, j'ai eu envie de sauter partout, de danser... L'un des plus beau jour de ma vie. Elle m'explique alors qu'avant, je vais devoir passer quelques examens. Finalement, j'ai un rendez-vous avec le chirurgien du même cabinet assez rapidement.

    Rassurez-vous, les examens sont tous indolores. Seulement, vous entendez souvent que pour bénéficier d'une chirurgie réfractive il faut que la vue n'ai pas bougé durant 3 années consécutives. Dans mon cas je pensais donc que c'était foutu puisque ma vue avait bougé, légèrement, mais quand même. Finalement, mon ophtalmo m'avait expliqué que dans mon cas, il y avait eu grossesse... donc ça pouvait avoir joué sur ma vue, et les changements étant toujours très légers, on pouvait passer dessus.

    Au premier rendez-vous (que j'ai obtenu assez rapidement puisque la semaine suivante, alors qu'avec ce chirurgien les RDV sont pris au moins 1 an avant), je suis passée par plusieurs machines. Notamment pour vérifier ma vision, ma cornée...

    Mon second RDV est venu la semaine suivante (j'avais pris les deux RDV en même temps). Du fait de ma profession, que je ne supportais plus les lunettes, que je devais bosser toute la journée sur écran avec d'incroyables migraines (à avoir la nausée), les RDV ont été pris assez vite. Ils ont super bien géré le truc.

    Pour chaque rendez-vous, vous devez retirer vos lentilles à l'avance et bien sûr, pas de maquillage. Le port de lentilles avant l'examen diminue la précision des différentes mesures.

    Pour ce second rendez-vous, il était nécessaire de dilater mes pupilles. Je devais donc arriver 30 minutes avant mon passage. Et là, on me demande d'être accompagnée puisque je ne pouvais pas conduire pour repartir. En arrivant au rendez-vous on me demande d'office si quelqu'un vient me récupérer. Bon là ça va, Lhom m'avait accompagnée et restait avec moi. Sinon, ils m'auraient reporté mon rendez-vous.

    Une fois l'examen effectué, mon chirurgien me dit que oui, c'est bon, je vais pouvoir être opérée. Je l'aurais bien embrassé. Direction le secrétariat pour fixer le rendez-vous. La secrétaire me dit le 4 juillet (2013). Oh punaise !! Si tôt ? Il ne me reste que 3 semaines. J'aurais sauté partout si j'avais pu (je l'ai fais une fois rentrée lol, danse de la joie et tout hein). Rendez-vous fixé, la secrétaire me donne un dossier d'information récapitulant tout ce que mon chirurgien m'avait expliqué, avec des documents à remplir, à signer, notamment la "fiche de consentement éclairé" qui doit être lue et signée par chaque patient avant l'intervention. Ce n'est pas une décharge de responsabilité, mais ce document prouve que vous avez reçu toutes les informations concernant l'intervention.

    3 semaines à attendre, patiemment. A compter les jours...

    Le jour où j'ai retrouvé la vue

    Voilà le grand jour arrivé. L'excitation est à son comble. Lhom est aussi excité que moi, si c'est possible. Il sait que ça fait des années que je demande cette opération. Ras le bol des yeux irrités, des lentilles que tu n'arrives plus à mettre le matin et avec lesquelles tu te bats parfois plus de 30 minutes, les yeux fatigués en fin de journée, les yeux secs, les migraines (au moins celles causées par la vue)... A moi la piscine et la tête sous l'eau, enfin pas avant la rentrée scolaire, puisque les semaines suivantes on vous demande bien de ne pas mettre de maquillage, pas d'eau sur les yeux les premiers temps...

    Au niveau de l'opération, il existe 2 types. Mon chirurgien pratique la plus classique, le LASIK. Il fait l'intervention au Médipôle de Cabestany. Rendez-vous prévu à 14 h.

    Il fallait que j'arrive 15 minutes avant le rendez-vous, accompagnée puisqu'il faut quelqu'un pour vous raccompagner chez vous. Lhom est donc là. Dans tous les cas de toute façon, Lhom aurait été là. A l'accueil, on me demande la feuille de consentement signée (celle qu'on m'avait donnée au second rendez-vous), le chèque. 1200 € par œil et ma mutuelle me remboursait 300 € par œil et bien sûr que dal de la Sécu, pas un centime. Le chèque serait encaissé seulement en septembre, après le dernier examen de contrôle, 1 mois après l'opération. Mon contrat intérim se termine à chaque vacances (été et Noël), donc à ces périodes là, je touche mes congés payés et mes fins de mission. J'ai bien fait de mettre de côté mes primes de fin de mission depuis le début de ce contrat.

    L'intervention se déroule sous anesthésie locale par instillation de collyre. Ils me mettent des gouttes dans l’œil juste avant l'intervention, puis direction la cabine pour enlever mes vêtements, mes bijoux... tu ne gardes que tes sous vêtements. Tu passes leur pantalon en papier (bleu chez eux), la tunique en papier assortie au pantalon, les chaussons jetables et la charlotte. Puis hop au bloc.

    Le bloc n'est pas très grand. Il y a du monde puisque le chirurgien va, au passage former des jeunes. On m'installe sur la table. On me met des gouttes anesthésiante, 1 fois,2 fois. Ça rigole bien en attendant le chirurgien, ça m'aide au moins à ne pas trop stresser, moi l'angoissée de la vie. Le chirurgien arrive. Comme j'ai froid, il me met une couverture. Il explique quelques trucs aux jeunes, le déroulement... Le chirurgien me place sous une grosse machine (que je ne vois pas vraiment). Il installe un écarteur sur le premier œil (aucune douleur), et l'opération commence. Il me parle en même temps, il m'explique tout ce qu'il va faire. Il sait que je suis du genre angoissée pour rien, mais il prend le temps de tout expliquer. Il n'a besoin que de quelques secondes pour découper et effectuer l'incision. Il me demande toujours de fixer une lumière verte.

    L'intervention se passe assez rapidement. Il suffit d'appliquer les consignes simples du chirurgien, du genre : bien fixer le point là, ne pas bouger... bon j'avoue que fixer un point quand on vous décolle la rétine, c'est trop bizarre. Ça bouge dans tous les sens, du coup tu ne sais pas si tu fixes bien ce qu'il te demande ou pas. Mais je te rassure, ça ne fait absolument pas mal. Compte en moyenne 10 à 15 minutes par œil.

    Il me remet des gouttes anesthésiantes. Il travaille œil par œil bien sûr. Ensuite, je dois fixer une lumière blanche. Puis il fait quelques manipulations, me demande de regarder à gauche, puis à droite, en bas, en haut... Il me dit que c'est très bien. Je dois bien le croire parce que je t'avoue que je ne sais pas du tout où je regarde. Toi tu penses fixer un truc, sauf que tu ne sais pas où ton œil regarde.

    Une fois l'intervention terminée, on te reconduit dans la cabine pour repasser tes vêtements. Parce qu'évidemment, ta vue est floue, très floue. Une fois habillée, on me ramène dans la salle d'attente où Lhom patiente. Les rideaux sont tirés, il y a le moins de lumière possible. Parce que tu verras que c'est gênant. Puis on m'apporte des lunettes de soleil (pour le coup c'est eux qui me les fournissent, mais tu peux prendre les tiennes si tu préfères). La dame me conduit dans une pièce où on nous sert à Lhom et moi un vrai petit déj : jus d'orange, café, croissants... Ça, ce n'est peut être pas partout.

    Avant de repartir, nous repassons par le bureau de l'accueil. On donne à Lhom (parce que moi je n'y vois rien) une ordonnance pour des collyres, un traitement... des coques de protection en plus des lunettes de soleil au cas ou la lumière me gênerait vraiment et voilà. Nous pouvons rentrer.

    Évidemment, durant le trajet je n'ai rien vu. En plus des lunettes de soleil, j'avais enroulé un pull noir autour de mes yeux parce que la lumière me gênait vraiment trop. En temps normal je suis déjà très sensible à la lumière.

    Certains collègues étaient revenu bosser (sur ordi) dès le lendemain, d'autre l'après midi même. Pour être franche, contrairement à beaucoup d'autres, j'ai morflé. Je n'ai pas du tout supporté la moindre douleur.

    Heureusement que Lhom était là pour m'aider. Il s'est occupée de moi, il m'a installée dans la chambre de Moustik, qui était chez mamie pour l'occasion, m'a donné mes traitements, a débranché tous les appareils. Les moindres voyants de veilleuse me faisait mal. J'ai gardé les yeux fermés jusqu'à 22 heures, dans le noir complet, avec lunettes de soleil. Oui oui, carrément. J'étais obligée d'entrouvrir les yeux et les refermer immédiatement pour les faire pleurer, pour me soulager un peu.

    Oui, contrairement à tout le monde, j'ai dégusté. Limite à ce moment là, j'ai regrettée l'opération tant attendue depuis des années.

    A 22 h (opérée à 14 h), Lhom entre dans la chambre pour voir comment je vais, et là, dans l'encadrement je vois la lumière et je dis à Lhom :

    - J'y vois. J'y vois bien et net.

    Il est presque aussi heureux que moi si c'est possible.

    Le lendemain matin, je me réveille et je réalise vraiment. Je n'ai fait qu'ouvrir les yeux, pas le moindre mouvement pour chercher mes lunettes... et j'y vois. J'y vois super bien. Je mets quand même les lunettes de soleil que j'avais enlevées dans la soirée, une fois les douleurs calmées, parce que le soleil qui tape dans tout le logement (un 5 juillet, quelle idée), ça gêne un peu. Mais ce n'est rien comparé à la veille.

    Dans la matinée, j'ai mon rendez-vous postopératoire. Le chirurgien m'annonce que j'ai 12 à chaque œil. Contrôle 1 mois après j'étais à 10.5.

    J'édite donc mon billet puisque, un an et demi après, ma vue n'a pas bougée. J'ai beaucoup moins de migraines qu'avant. Justes les migraines de cycle et les céphalées de tension. Même si, contrairement à la majorité des gens qui ont eu recours à cette opération, j'ai vraiment dégusté les heures suivantes, je ne regrette absolument pas. Et même si j'ai dis le contraire dans les heures de douleurs, si c'était à refaire, je referais l'opération. Pour mes douleurs, rassurez-vous, je suis hors normes. Toutes les personnes dans mon entourage qui ont fait cette opération, n'ont pas du tout vécu ça. Je suis une extraterrestre.

    Alors si toi aussi tu hésites à faire cette opération, n'hésite plus. 2 mois après, nous sommes partis en vacances, dans un camping avec piscine chauffée. J'avais l'air d'une vraie gosse. Pouvoir faire les toboggans, se baigner et se mouiller la tête, et savoir qu'en sortant la tête de l'eau, tu y verras parfaitement bien. Je revis. Pouvoir regarder la télé et savoir que si tu t'endors le film tu n'auras pas à te faire réveiller par ton mari pour enlever tes lentilles ou que tu ne risques pas de tordre tes lunettes en t'endormant avec...

    Je revis et si vous en avez l'occasion, n'hésitez pas.

    Edit du 30/12/2014 : hier j'ai du voir mon ophtalmo en urgence. J'en ai profité pour lui poser la question de Kewee, à savoir "avoir l'opération, pouvions-nous reporter des lentilles si la vue venait à rebaissait". Il m'a dit que oui. Évidemment avant, c'est comme en temps normal. On regarde si la cornée est bonne, si rien ne s'oppose au port des lentilles. L'examen habituel pour toute personne désirant porter des lentilles. Mais rien n'empêche de reporter des lentilles si ça devenait nécessaire, même après l'opération. Sinon, contrôle d'hier, ma vue est toujours à 10/10.

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    « Grand jeu de Noël iGraalPetit coucou rapide »
    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 11 Décembre 2014 à 14:44

    Ton article m'a beaucoup intéressé car je suis myope d'un oeil et j'aimerai beaucoup faire cette opération mais alors rien que l'idée que l'on me mette un écarteur à l''oeil ça me terrorise .....  alors j'admire les personnes qui se font opérer des 2 yeux  ^-^


    Mais là après 2 grossesses ma vue a baissé, faut que je prenne rdv chez l'ophtalmo alors j'en parlerai avec lui de cette opération.


    En tout cas c'est gentil de partager ton expérience.


    Audrey


     

    2
    Jeudi 11 Décembre 2014 à 19:09

    Merci pour ton article, ma fille est myope également car j'ai attrapé la toxoplasmose enceinte. Sa vue baisse d'année en année et comme toi elle attend le bon moment pour l'opération..ce message l'a rassuré.

    3
    Vendredi 12 Décembre 2014 à 09:11

    Audrey, pour ma part c'était l'idée de l'écarteur, l'incision... qui me faisaient peur. En fait, tu ne sens rien du tout. Absolument rien. Crois-moi, si je dis que tu ne sens rien, c'est que tu ne sens vraiment rien. Je suis une grosse chochotte. J'angoisse de tout. Je fais des crises d'angoisse avant chaque prise de sang, piqûres, pose de cathéter... tout ce qui pique quoi. Je tombe dans les pommes quand on doit m'enlever des points happy mais là, rien, aucune douleur. A part après l'opération parce que la lumière me gênait. Mais comme je suis à la base déjà très sensible à la lumière en temps normal. Sinon les gens autour de moi, eux n'ont pas eu ces douleurs après. Douleurs qui sont plus des brûlures, comme quand la lumière te gêne. En plus douloureux en fait puisque moi ça me gêne déjà énormément en temps normal.

    Céline, si ta fille a l'occasion, qu'elle n'hésite surtout pas. Je ne regrette vraiment pas cette opération. Surtout après tant d'années avec des lentilles et des lunettes.

    4
    Mercredi 17 Décembre 2014 à 04:28

    Merci pour ce témoignage (et ton blog d'ailleurs).

    J'avoue que j'aimerais aussi faire cette opération mais j'ai un peu peur des douleurs. J'avais eu un abcès à l'oeil à cause des mes lentilles et il est fragilisé depuis cette histoire. En même temps, je ne supportais pas du tout la lumière, je voyais flou, bref, au final ça y ressemble ... mais l'incision, rien que d'y penser bouh ...

    Ah oui, une dernière question, on m'avait dit qu'en tentant cette opération, il était ensuite impossible de reporter des lentilles si la vue baissait, en sais-tu plus ? Car je ne supporte jamais mes lunettes bien longtemps (ça me stresse, c'est lourd, j'ai mal aux oreilles ... oui, je suis bizarre) !

    5
    Dimanche 21 Décembre 2014 à 09:53

    Pour les douleurs, tu n'en ressens aucune durant l'opération. J'étais vraiment stressée pour ça, et en fait rien. Même l'incision... tu ne ressens absolument rien. Les seules douleurs que j'ai supportées, c'est à cause de la gêne de la lumière. Mais j'ai des yeux très fragiles. Et puis le plaisir de revoir sans lunettes, ni lentilles, cette douleur là, tu l'oublies vite.

    Alors le coup de ne plus pouvoir porter de lentilles ensuite si la vue venait à rebaissait, je n'en sais rien. Il m'en a peut être parlé, mais je n'en ai pas le souvenir. Et ça ne m'est pas venu à l'idée de poser la question. Je suis comme toi, je ne supporte pas les lunettes pour la même raison. C'est lourd, ça fait mal aux oreilles, et ça me donne la migraine. Depuis l'opération, j'ai nettement moins de migraines qu'avant, dans mon cas, ce n'était pas négligeable.

    Je le redis, mais si vous avez l'occasion de faire l'opération, il ne faut pas hésiter.

    6
    Mardi 30 Décembre 2014 à 09:05

    Hier j'ai posé la question du port de lentilles, après l'opération, j'ai mis la réponse de mon ophtalmo en fin d'article, pour celles qui se la poserait.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :